Propositions

Nos propositions sont des suggestions..Nous souhaitons évidemment qu’elles ne le restent pas ..

1-Notre première proposition concerne ce que l’on a coutume d’appeler « l’éducation à l’Europe »: en ce qui nous concerne nous préférerions parler d’éducation à la construction de l’Union européenne. Cette éducation risque de se transformer en apologie de la construction européenne , c’est-à-dire  donner lieu à un discours de nature idéologique -par idéologie on entendra  un discours qui met la raison au service de passions -comme on le voit fréquemment ( chanson à la gloire de l’Europe etc, etc..). Or l’idéologie, par nature, est simplificatrice. D’où la question que nous nous posons: comment faire de la construction européenne l’objet d’une véritable réflexion? En faire un objet d’étude sans intention camouflée d’en faire l’apologie? Il nous semble que la construction européenne peut être un objet d’étude passionnant qui ouvre sur l’histoire, la philosophie politique, les relations internationales etc. Et il nous semble que dans les collèges et les lycées  la construction européenne pourrait donner lieu à des débats passionnants .

 2-1914/1918

Les années 2014/2018 seront des années de commémoration de la « Grande guerre ».

Nous savons que nombreux seront les enseignants ,les éducateurs, les associations qui commémoreront à leur manière  cet évènement.

Nous ferons connaître  les travaux , les actions qu’on voudra bien nous communiquer.

Nous souhaiterions , quant à nous,  que   des personnes se saisissent de la question suivante ( ou nous indiquent les ouvrages, articles etc… qui ont abordé cette question): comment rendre compte de cet évènement dans l’optique de l’écriture d’une histoire qui pourrait  être acceptable , voire acceptée par les principaux acteurs de cette guerre et constituer une mémoire commune? Pour le moment  il semblerait que l’on en soit toujours à la recherche du coupable.

3-Notre troisième proposition est vaste : elle concerne les valeurs de la Charte. Lesdites valeurs mériteraient d’être étudiées , non seulement en classe de philosophie, c’est-à-dire le plus fréquemment en terminales, mais à tous les niveaux. On ne voit pas en quoi elles ne pourraient pas être abordées dès le CP .Car si l’Union européenne mérite d’être défendue ce n’est pas pour avoir travaillé à construire un vaste marché ( ce n’est pas négligeable bien sûr mais les êtres humains ne sont pas  que des producteurs et des consommateurs même s’ils tendent à n’être plus que cela…) mais pour avoir eu l’audace  -le mot n’est pas trop fort- de  s’être  donné un idéal au nom duquel  on peut la juger! Toutes ces valeurs  méritent d’être comprises et méditées . Il vaudrait la peine que l’on s’interrogeât sur leur présence et leur respect dans l’institution scolaire. Etre européen n’est-ce pas avant tout croire en ces valeurs?